1984-2000 : LE BILAN...

1984-2000 : LE BILAN...

22 numéros du "Bahut".

70 pages publiées par "Le Républicain Lorrain".

De nombreuses distinctions et récompenses!

20 ans de bénévolat, d'engagement et de militantisme pour l'animateur.

L'objectif prioritaire était (et reste) la sensibilisation à l'information et à la communication (ci-dessus, article paru dans "Quoi de Neuf ," du 21/6/2000).

Après le "Club Média",l'Atelier audiovisuel et communication était une autre manière d'apprendre le français, l'histoire-géographie, les mathématiques, l'économie et de pratiquer le travail en équipe.

Des questionnaires remplis par les parents et les enseignants faisaient apparaître un comportement différent des élèves; mais le risque existait pour cette "minorité" de se marginaliser vis à vis du reste de la classe, de jouer les "grosses têtes".

Les pages du "Quoi de Neuf ?" réalisées par les élèves, les rencontres avec des personnalités des médias, les témoignages de ces "journalistes en herbe" ont confirmé les compétences qu'ils avaient acquises.

Les élèves étaient de plus en plus sollicités pour "témoigner" ou "couvrir des événements", au risque de devenir des "spécialistes" qu'ils n'étaient pas.

Les parents, voire les élèves de l'AAC eux-mêmes, demandaient souvent sur quoi il pouvait, plus tard, déboucher au lycée.

On a pu constater que la plupart des élèves participaient ensuite à des journaux lycéens, à des clubs vidéo et que certains s'étaient spécialisés en s'inscrivant au Lycée de la Communication à Metz.

Durant ce passage de 2 ans à l'AAC, l'intérêt pour l'actualité s'était accentué, la timidité de certains avait disparu, les relations adultes-élèves avaient évolué, les capacités de travail en équipe et l'autonomie s'étaient développées.

Ce n'était pas un miracle...mais une bonne éducation à la citoyenneté.

QU'EN SERAIT-IL AUJOURD'HUI?

Une telle expérience peut-elle être renouvelée?

Sous la forme d'un programme optionnel?

Peut-être pas...car, la politique actuelle est à la réduction des options.

Par contre, en programme transdisciplinaire, OUI!

Tous les élèves devraient pouvoir bénéficier d'une telle formation (= éducation à la citoyenneté)...et, non pas la réserver à une "minorité".

Aujourd'hui, face aux "dangers" d'Internet et des images, une telle formation s'impose.

L'ECOLE, LIEU DE FORMATION A L'INFORMATION !

(ALLER A : L'EDUCATION AUX MEDIAS AUJOURD'HUI)

lien permanent